Le Nouvelliste
La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, par la voix de son président général Me Maxime Laporte (ci-dessus), est intervenue dans le débat entourant la validité constitutionnelle de la loi 99 sur la clarté référendaire.
La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, par la voix de son président général Me Maxime Laporte (ci-dessus), est intervenue dans le débat entourant la validité constitutionnelle de la loi 99 sur la clarté référendaire.

Une victoire du nationalisme

En cette année du 150e du Dominion (confédération), un sujet est passé sous le radar médiatique. Malgré une pétition de 10 000 noms et des rassemblements, les médias sont restés muets. C’est le procès de la Loi 99, passée en 2000, sous Lucien Bouchard. Le Québec se montrait alors digne et fier en se tenant debout face au zèle antidémocratique des Dion et Chrétien qui s’étaient déshonorés en faisant adopter l’inqualifiable loi C-20 sur la clarté référendaire, qui visait tout simplement à achever le peuple québécois.