Le Nouvelliste

Nègres blancs d’Amérique, il y a 50 ans

C’est une histoire invraisemblable. Un livre écrit «immédiatement après une grève de la faim de vingt-neuf jours, dans des conditions de détention particulièrement pénibles», écrivait Pierre Vallières de sa cellule du Manhattan House of Detention for Men, une prison fermée huit ans plus tard, par décret municipal, précisément à cause de ses conditions inhumaines. Pour Vallières, c’est le bruit permanent, les cris des prisonniers, ceux des gardes, la discipline absurde et l’immense solitude qui marquent alors son quotidien et celui de ses codétenus. «Très souvent, l’un ou l’autre de nos compagnons de détention s’ouvre les veines par désespoir ou, tout simplement, pour attirer l’attention», écrit-il.