Le Nouvelliste
Dans la région, c'est encore à Shawinigan qu'on retrouve le plus grand sentiment d'appartenance aux noms des anciennes villes
Dans la région, c'est encore à Shawinigan qu'on retrouve le plus grand sentiment d'appartenance aux noms des anciennes villes

Fusions: après le choc, l'acceptation

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Si les fusions municipales de 2002 ont causé tout un branle bas de combat dans la population autant que chez les élus, force est de constater qu'après dix ans, tant à Trois-Rivières qu'à Shawinigan, les fusions ont été relativement bien acceptées de la population. Et si plusieurs citoyens disent avoir été affectés par les fusions, bien peu d'entre eux jugent qu'il serait bon de revenir aux anciennes villes.