Le Nouvelliste
Fini la jungle devant l'ancienne usine Aleris. Quelqu'un a fini par couper le gazon. Est-ce Tim Martinez qui a eu vent de la nouvelle poursuite que s'apprêtait à lui intenter la Ville ou d'un simple citoyen qui en a eu marre de l'état de délabrement des lieux?
Fini la jungle devant l'ancienne usine Aleris. Quelqu'un a fini par couper le gazon. Est-ce Tim Martinez qui a eu vent de la nouvelle poursuite que s'apprêtait à lui intenter la Ville ou d'un simple citoyen qui en a eu marre de l'état de délabrement des lieux?

Aleris n'est plus dans la brousse

Dominique Goudreault
Le Nouvelliste
Alors que le gazon sur le terrain de l'ancienne usine Aleris poussait sans aucun entretien depuis le début de l'été, un tondeur de pelouse anonyme est venu couper les herbes folles la semaine dernière. La Ville de Trois-Rivières, qui avait mis en demeure le propriétaire du terrain de couper son gazon, ne sait toutefois pas qui a rasé la jungle jusqu'alors indomptée.