Le Nouvelliste
L'activité organisée hier midi par le Syndicat des professeurs du Cégep de Trois-Rivières se voulait avant tout un événement festif. Entre deux hot-dogs, les enseignants ont été invités à brûler une page de leur convention collective portant sur leur tâche de travail.
L'activité organisée hier midi par le Syndicat des professeurs du Cégep de Trois-Rivières se voulait avant tout un événement festif. Entre deux hot-dogs, les enseignants ont été invités à brûler une page de leur convention collective portant sur leur tâche de travail.

La page 165 dans le barbecue!

Le Nouvelliste
Dans un geste qui se voulait aussi symbolique que médiatique, les enseignants du Cégep de Trois-Rivières ont démontré hier midi qu'ils veulent une entente signée de la part du gouvernement Charest, plus précisément un contrat de travail qui mettra fin à l'alourdissement de leur tâche et à la précarité d'emploi de 40 % d'entre eux.