Le Nouvelliste
Inauguré en février 2007, le Centre intégré en pâtes et papiers se retrouve dans une situation précaire. Le gouvernement du Québec vient de former un comité de relance et de nommer un consultant pour revoir les activités du centre et pour envisager un repositionnement.
Inauguré en février 2007, le Centre intégré en pâtes et papiers se retrouve dans une situation précaire. Le gouvernement du Québec vient de former un comité de relance et de nommer un consultant pour revoir les activités du centre et pour envisager un repositionnement.

Un comité de relance pour le CIPP

Martin Francoeur
Martin Francoeur
Le Nouvelliste
Un peu moins de trois ans après son inauguration, le Centre intégré en pâtes et papiers (CIPP) se retrouve dans une situation financière précaire. Un comité de relance vient d'être mis sur pied à la demande du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation et le gouvernement du Québec, afin de réévaluer les activités du centre spécialisé.