Le Nouvelliste
Après l'avoir fait en 1987 en prévision des Jeux olympiques de Calgary, le Trifluvien d'origine irakienne Hussain Obaid a porté la flamme à Saint-Léonard-d'Aston, hier. Ses deux fils, Raphaël et Kamil (à l'avant) étaient très fiers de lui.
Après l'avoir fait en 1987 en prévision des Jeux olympiques de Calgary, le Trifluvien d'origine irakienne Hussain Obaid a porté la flamme à Saint-Léonard-d'Aston, hier. Ses deux fils, Raphaël et Kamil (à l'avant) étaient très fiers de lui.

L'expérience d'une vie

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
À la lumière des propos des porteurs, courir 300 mètres en tenant la flamme olympique à bout de bras constitue une expérience extraordinaire.