Le Nouvelliste
Même si le pire a été évité, pour l'instant du moins, les parents du secteur Mékinac ont tenu à s'exprimer contre le projet initial de la Commission scolaire de l'Énergie. Décroissance scolaire ou non, il n'est pas question que les petits de la maternelle quittent leur milieu. Ni aujourd'hui, ni plus tard.
Même si le pire a été évité, pour l'instant du moins, les parents du secteur Mékinac ont tenu à s'exprimer contre le projet initial de la Commission scolaire de l'Énergie. Décroissance scolaire ou non, il n'est pas question que les petits de la maternelle quittent leur milieu. Ni aujourd'hui, ni plus tard.

Le regroupement des maternelles n'aura pas lieu

Isabelle Légaré
Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Plus de peur que de mal, hier soir, à l'école secondaire Paul-Le Jeune, à Saint-Tite, où se tenait une consultation publique sur le projet de réorganisation des écoles primaires du secteur de Mékinac. Tel un magicien qui sort un lapin de son chapeau, la Commission scolaire de l'Énergie a annoncé aux quelque 150 personnes dans la salle que les petits de maternelle demeureront dans leur milieu respectif. Un seul point d'interrogation demeure au dessus de la tête des six enfants de cinq ans de la municipalité d'Hérouxville.