Le Nouvelliste

Les citoyens encouragés à récupérer

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Même si la crise économique perdure, Récupération Mauricie se porte mieux en bonne partie grâce au prix moyen des matières qui ne cesse de monter, timidement toutefois, depuis le crash de novembre. Ce mois-là, rappelons-le, non seulement les matières ne valaient plus rien sur les marchés, mais les récupérateurs devaient payer 4,87 $ la tonne pour arriver à s'en départir. Puis, la lumière a commencé, timidement, à apparaître au bout du tunnel.