Julie Boulet contente d'avoir du renfort en Mauricie

Julie Boulet, ministre et députée de Laviolette

Alors que ses deux collègues députés de Trois-Rivières et de Maskinongé prêtaient serment hier, en se demandant un peu ce qui les attendait durant les quatre prochaines années, la ministre Julie Boulet, elle, posait la main sur la bible pour une quatrième fois et savait très bien de quoi l'avenir serait fait: de défis et de beaucoup de travail.


«Même une quatrième fois, c'est toujours aussi émouvant ce serment, a-t-elle confié. C'est un geste solennel, un grand geste de démocratie, très symbolique. C'est ce qui vient nous confirmer dans nos fonctions et qui nous dit que nos concitoyens nous ont élus pour les représenter à l'Assemblée nationale. On est là pour représenter tous nos concitoyens. C'est un geste que l'on pose avec beaucoup d'émotion et beaucoup de fébrilité.»

 



La députée ministre de Laviolette était très consciente de ce que ses fonctions représentent comme travail, que ce soit dans sa circonscription, à l'Assemblée nationale, ou dans un cabinet de ministre.

«Tout de même, des choses ont changé, nuance-t-elle. La composition de la chambre n'est plus la même. On est dans un gouvernement majoritaire avec une opposition péquiste qui sera très forte. Alors, c'est une autre dynamique avec ses échanges et ses discussions.»

Lorsqu'elle fait la somme des expériences acquises, Mme Boulet note qu'elle sait maintenant évaluer rapidement la faisabilité d'un dossier et ses chances d'évoluer. «Je sais à quelle porte frapper et quel outil je peux utiliser. Quand les gens viennent me voir, je suis en mesure d'avoir ce discernement, de voir si je peux avoir du financement. Cette expérience-là, elle vient avec les années. Aujourd'hui, je me sens plus solide à ce niveau-là parce que je connais bien les leviers pour accompagner un projet.»

Mme Boulet ajoute qu'elle est très heureuse de pouvoir compter sur deux députés libéraux qui pourront la soulager un peu. En même temps, insiste-elle, les libéraux seront trois porte-voix pour la Mauricie, ce qui lui donnera encore plus de poids, promet-elle.



Quant aux responsabilités qui lui seront confiées, Mme Boulet qui cumulait la direction de deux importants cabinets dans le précédent gouvernement (Transports et Ressources naturelles), assure ne pas avoir d'attentes. «C'est le premier ministre qui décide. C'est lui qui fait le choix. C'est sa prérogative. On va vivre avec ça et peu importe le défi qu'il me confiera, ça va me faire plaisir d'y travailler avec rigueur et passion comme je l'ai toujours fait.»

 

Jean-Paul Diamond

Jean-Paul Diamond très ému

Depuis son élection le 9 décembre dernier, M. Diamond vit littéralement sur l'adrénaline et piaffe d'impatience de se mettre à l'ouvrage.

«Aujourd'hui, on a vécu quelque chose de très bien. Moi, c'est le plus beau que je peux vivre actuellement. Ça s'est bien passé, je n'ai pas eu de problème. C'est un des beaux moments dans ma vie», a-t-il confié hier, très heureux et encore sous le coup de l'émotion provoquée par la cérémonie d'assermentation qu'il venait de vivre.

Le député de Maskinongé était accompagné de son épouse, de sa fille et de son gendre. Ses autres enfants étant retenus par leurs obligations professionnelles.



«Des bouts, c'était stressant et angoissant, c'est normal. C'est la première fois que tu vis une belle chose comme ça, a-t-il relaté. Là, ils te reconnaissent comme élu, comme député. Je ne sais pas comment remercier les gens de Maskinongé de m'avoir accordé leur appui et de me permettre de vivre ce que je vis aujourd'hui.»

Même s'il est un familier de l'Assemblée nationale, puisqu'il a souvent assisté à la période de questions à l'époque où il travaillait pour le ministre Yvon Picotte, Jean-Paul Diamond n'était pas indifférent à l'atmosphère solennelle du Salon rouge.

«Le reste, c'est nouveau pour moi mais je vais apprendre vite», a-t-il promis.

Le député a été particulièrement sensible au discours du premier ministre qui a rappelé aux nouveaux élus leurs devoirs envers leurs commettants.

«On doit le respect à nos citoyens. C'est comme ça qu'on doit agir, c'est comme ça que je vais agir», a assuré M. Diamond.

De retour dans sa circonscription, il compte organiser son bureau de comté à Louiseville, dans le même local qu'il a utilisé pour son élection. «C'est la partie à laquelle j'ai le plus hâte. Je suis prêt à travailler», a-t-il affirmé avec beaucoup d'enthousiasme.•