Soirée électorale... éducative au Collège Laflèche

Quelque 80 personnes étaient réunies au Collège Laflèche hier soir, pour vivre, minute par minute, les élections américaines mais aussi et surtout... bien comprendre le système électoral de nos voisins! La soirée aura été éducative pour la grande majorité des participants grâce à l'implication de personnes ressources, dont Christian Bouchard, sciences sociales et Alain Soulard, professeur de géopolitique, tous deux figurant sur la photo ci-haut.

Si les élections américaines s'étaient déroulées à l'intérieur des murs du Collège Laflèche, hier soir, le parti républicain aurait ni plus ni moins été rayé de la carte électorale américaine! Réunis pour une soirée électorale pour le moins éducative, pas moins de 80 personnes ont suivi en direct le déroulement de cette soirée historique. Et il ne fallait pas être devin pour comprendre que la très grande majorité des participants avaient Obama tatoués sur le coeur.


«De mon vivant, c'est l'élection américaine la plus intéressante, la plus excitante que j'ai pu voir. C'est une soirée historique pour le monde entier», a lancé le professeur en géopolitique Alain Soulard. Accompagné de plusieurs de ses collègues de sciences sociales, dont Christian Bouchard, Daniel Landry et Alain Tapps, le professeur était assis sur le bout de sa chaise en voyant CNN annoncer que Barack Obama gagnait un peu d'avance en Pennsylvanie, en Caroline du Nord, en Ohio...

 



Dans la salle, des étudiants, des professeurs et même une dizaine de personnes du public venues vivre cette soirée mémorable ont pu, tout en attendant les résultats qui entraient au compte-goutte, entendre les professeurs analyser de nombreux sujets liés à la politique américaine. Que ce soit la crise économique, l'influence de la droite religieuse sur les politiques américaines ou même ce fameux «Effet Bradley», le public a aussi eu l'occasion de poser ses questions et de participer au débat.

Un seul étudiant courageux a osé lever sa main lorsqu'on demandait qui aurait voté pour John McCain.

Avec aplomb, le jeune homme a défendu son point de vue devant une audience peinte en bleu. En fait, sans voter pour John McCain, il aurait voté pour les Républicains, craignant les politiques d'Obama quant au traité de libre-échange qui nous affectera certainement. «Mais j'aurais aimé quelqu'un de plus jeune que McCain. Pourquoi pas un Obama dans le camp républicain», a-t-il lancé.

On détourne l'attention du public pour regarder l'écran: Obama est en avance en Caroline du Nord. Au fond de la salle, une professeure d'origine américaine, Tina Anderson, est la première à applaudir. «Moi aussi j'ai voté du bon bord», clame-t-elle en riant.



Pour sa part, Alain Soulard ne cachait pas non plus son support envers le candidat démocrate.

«On vit un moment historique, et pas seulement en raison de la crise financière. C'est la première vraie élection du XIXe siècle, où l'on sent l'ouverture vers le monde. Le résultat du vote de ce soir changera la face du monde entier, pas simplement celle des États-Unis», a-t-il déclaré.