L’une des photos prises par Stéphane Lessard lors de cet accident démontre bien que les secouristes ont tout tenté pour sauver les trois victimes et ont été très secoués eux aussi.

Vers le 100e: Un drame qui marque

En décembre 2001, le photographe Stéphane Lessard se rend sur les lieux d’un accident survenu tout près de chez lui. L’appel initial parle d’une perte de contrôle suivie d’une collision frontale. La réalité sera beaucoup plus marquante.

Une mère de famille qui amenait ses deux enfants à l’école primaire de Yamachiche avait dérapé sur une plaque de glace noire avec sa voiture avant de se retrouver en sens inverse et d’être percutée par un véhicule. Sur le coup, la maman et son jeune garçon de 7 ans perdent la vie. Le grand frère de 8 ans est encore en vie à l’arrivée des secours.

«Quand j’ai pris ma photo, les secouristes extirpaient le jeune garçon du véhicule. On m’a dit qu’il respirait par lui-même. J’ai envoyé la photo au pupitre et elle avait été publiée en une. Ce qu’on n’a pas su, c’est que le jeune garçon était décédé quelques heures plus tard. On l’a appris seulement le lendemain», se souvient le photographe. Cette assignation, encore aujourd’hui, lui rappelle de mauvais souvenirs. Un drame épouvantable qui avait décimé une jeune famille, laissant le père dans une tristesse sans nom.

«Dans le métier qu’on fait, ça arrive souvent qu’on est témoin d’accidents, de drames. Mais quand ça touche les enfants, c’est toujours plus difficile. On ne peut jamais être insensible à ça. On pense aux parents, aux proches. Et dans ce cas-ci, ça se passait tout près de chez moi. Je ne connaissais pas ces gens, mais ça me touchait quand même énormément», confie celui qui rappelle que les photographes, comme les journalistes, ont un travail à faire, mais que les circonstances ne sont pas toujours faciles.